Ethique dans/de la mode: comment redonner du sens à la mode postmoderne ? [CR Biennale Emergences]

Lors de la 5ème édition de la Biennale Émergence organisée par le Territoire Est Ensemble du 11 au 14 octobre 2018 à Pantin, une table ronde questionnant la « mode postmoderne [et ses] éthiques, hybridations et territoires » a réuni quelques spécialistes de ces questions et enjeux majeurs, à l’invitation de la sociologue Emilie Coutant, fondatrice du Cabinet Tendance Sociale et présidente du Gemode CeaQ-Sorbonne.

  • Catherine Dauriac, journaliste, membre de Fashion Revolution France, fondatrice de La Fabrique Idéale (Collectif pour une autonomie vestimentaire, proposant ateliers de Repair Couture…),
  • Arielle Lévy, créatrice-fondatrice du label Une Autre Mode est Possible, membre fondateur Nordcréa (association réunissant entrepreneurs, industriels, écoles et chercheurs ou porteurs de projets dans la mode et le textile, organisateurs des Fashion Tech Days et Fashion Green Days), et Plateau Fertile (tiers lieux/fab lab confection/customisation à Roubaix)
  • Pascal Gautrand, designer, fondateur de Made In Town (espace parisien, plateforme de conseil et magazine digital dédiés aux savoir-faire dans les domaines de la mode, du textile et du design. Programmation d’ateliers, expositions, projections, rencontres, et une sélection de produits issus des métiers de l’artisanat et de l’industrie)
  • Claire Eliot, enseignant-chercheur E-Textile au Centre de Recherche Interdisciplinaires de Paris et co-fondatrice de La FashionTech 

Parmi les éléments-clés qui ont nourri le débat on relèvera:

  • la mode comme langage, créateur du lien sociétal et culturel (cf. les actions du territoire Est Ensemble et de la Seine St Denis)
  • les éléments de langage: mode éthique, mode écoresponsable, sustainable fashion > éthique dans la mode
  • le tournant opéré en 2018 dans la consommation de textile de biologique et l’intérêt pour une économie regénérative de la mode
  • la question du sens et de la spiritualité dans la matière
  • le retour d’une tradition d’expérimentation dans la mode dans la combinaison de l’artisanat, du design, des innovations technologiques et des enjeux éthiques
  • l’effervescence de la tribalisation de la mode avec l’avènement d’une organisation horizontale de la mode connectant un ensemble d’écosystèmes diversifiés
  • l’importance des collectivités locales dans cet enjeu collaboratif/expérimental pour le soutien à l’éducation, à la recherche, aux artisans > création de tiers lieux pour permettre à une communauté de déployer une activité dans un domaine avec d’autres communautés
  • la question de la résilience des territoires: commet recréer du lien et redonner de la visibilité à nos territoires ancestraux de la mode et du textile? > Les mouvements de relocalisation, la conservation des savoirs-faires existants, la question des ancrages culturels…
  • la question des modèles économiques modernes/dépassés et la création de nouvelles modèles économiques transversaux
  • la valorisation monétaires des actions RSE (comptabilité universelle)
  • quid de la fashion tech: un langage? un marketing ? une transformation profonde? quelles applications et quels liens avec nos savoir-faires (cf. la création d’un Conservatoire du Geste par Olivier Lapidus à Paris)
  • la technologie au service de quoi? quels usages dans le vêtement (esthétique / protection/ data)? quels outils au service de l’humain? comment l’outil open-source peut fournir des techniques permettant de bâtir une chaîne de production indépendante?
  • l’enjeu de la Tech: servir l’environnement pour ne plus puiser de matières premières
  • le devenir des sociétés inspirantes: ne plus fabriquer mais devenir des sources de services, d’usages, de styles.

Cette table ronde est à écouter ou réécouter en podcast en cliquant ICI.

 

 

Madjouline Sbai, sociologue, membre Nord Créa, aurait dû être présente à cette table ronde mais devait honorée l’inauguration d’un lieu de vente expérimental dédié à la mode circulaire à Lille. N’hésitez à vous procurer son ouvrage Une mode éthique est-elle possible? (Editions Rue de l’Échiquier, 2018), pépite d’informations pour saisir la problématique et mine d’or d’adresses et de contacts pour s’y mettre concrètement.

 

Aurélien Fouillet, sociologue, fondateur de La Tête qui manque, et organisateur des Rencontres et Tables Rondes pour la 5ème édition de la Biennale Emergence, intervient dans le débat.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code