CORPS ET CORPORÉITÉ, ANGÉLISME ET ICONOGRAPHIE : LE MANNEQUIN, REPRÉSENTATION TRANSCENDANTALE DU BEAU ET IMAGE SOCIALE DE LA BEAUTÉ VISIBLE

Publié le

Le GEMode vous donne rendez vous le mardi 14 novembre 2017 de 19h00 à 20h30 à LISAA Mode pour écouter Coralie Comblez, doctorante en Sociologie à l’Université de Perpignan Via Domitia, nous parler de ses recherches sur les représentations du corps et de la beauté à travers la figure du mannequin.

« Corps et corporéité, angélisme et iconographie : le mannequin, représentation transcendantale du Beau et image sociale de la beauté visible »

Résumé: La mode est créatrice de figures et surtout de compositions, de tableaux qui lui sont propres, et qui ont peut-être l’importance de représentations populaires ou religieuses du passé, en ce qu’elle montre la beauté, la chair, la tension entre pudeur et impudeur, chasteté, tentation, plaisir, érotisme. Chaque élément qui la compose possède une place essentielle à la théâtralisation de l’univers des créateurs, et parmi ceux-là apparaît un symbole trop de fois négligé: celui du mannequin. Pourtant, activant des variants symboliques qui nous interrogent en retour, la mode, et plus spécifiquement les top-modèles, redessinent le champ des pratiques sociales et des pensées. Ces top-modèles évoluent entre backstages et podiums, donnant à la présentation des collections un aspect cérémoniel, s’inscrivant comme un rituel ancestral, voire sacrificiel.
Le phénomène contemporain des top-modèles convoque une série de catégories fondatrices qui se voient à la fois posées et subverties, principalement les catégories de temps et d’éternité, d’idée et d’empirie, de nature et d’artifice, d’être et de paraître. La multiplication de l’exposition des images de mode aux yeux du public au sein desquelles le mannequin est mis en scène, via les magazines, la publicité et les réseaux sociaux, ordonne une apparence physique et des normes corporelles à suivre, donnant ainsi lieu aux schèmes de représentation mentale de la Beauté d’une époque donnée. Entre figuration d’une jeunesse éternelle, affiliation à la symbolique chrétienne et massification de l’imagerie corporelle, le rôle du mannequin est on ne peut plus déterminé: fabriquer en coulisses l’image sociale de la beauté visible.

Coralie Comblez est doctorante en sociologie, troisième année à l’université de Perpignan Via Domitia sous la direction du Pr. Frédéric Monneyron. Chercheuse au Centre de Recherche sur les Sociétés et les Environnements Méditerranéens (CRESEM-EA 7397, 52, avenue Paul Alduy, 66860 Perpignan cedex 9), elle consacre sa Thèse à l’évolution de l’imaginaire du luxe face à la digitalisation des modes de vie.

INFOS PRATIQUES:
– Ouvert à tous (étudiants, chercheurs, professionnels…)
– Inscriptions gratuites pour les membres du GEMode à gemode@ceaq-sorbonne.org
– Inscriptions 10€ pour les non-membres sur http://www.gemode.org/devenirmembre
– Lieu: LISAA Mode, 13 rue Vauquelin, Paris V, M°Censier-Daubenton
– Date / Horaires: 14 novembre 2017 / 19h00- 20h30

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code